Petit post pour expliquer aux petits comme aux grands le tourisme de masse, ses dérives et pourquoi nous travaillons pour le tourisme solidaire. Mon objectif c'est que chacun puisse comprendre, même mes petits frères...

Avant 1936, seuls les gens très riches pouvaient partir en vacances. Le tourisme n’existait pas car la plupart des gens travaillaient toute l’année et n’avaient pas de vacances. En 1936, les premiers congés payés apparaissent. C’est-à-dire que c’est la première fois qu’en France, n’importe qui pouvait quitter son travail une semaine en continuant à être payé.

Le tourisme est même devenu un moyen de gagner sa vie très important. Dans le monde 8 personnes sur 100 travaillent dans le tourisme, et 12% du PIB mondial est dû au tourisme (la richesse mondiale)

Aujourd’hui le pays qui reçoit le plus de touristes dans le monde, c’est la France, puis l'Espagne, les Etats-Unis, la Chine et enfin l'Italie en 5ème place. Pourtant l'ordre change quand on regarde quels sont les pays qui gagnent le plus grâce au tourisme: les Etats-Unis arrivent en tête suivi de l'Espagne, puis la France, la Chine et l'Italie.

Pourquoi est-ce que les Etats-Unis gagnent plus d’argent grâce au tourisme que la France alors qu’il reçoit moins de personnes (56 millions contre 82 millions en France) ? Pour cela il faut comprendre comment un pays gagne de l’argent grâce au tourisme (ce qui est loin d’être évident à comprendre).

Quand vous allez en vacances en famille, vous réservez un hôtel, un camping ou bien un gîte en général. Et si vous partez chez de la famille, vous allez faire vos courses dans la région, et souvent comme c’est les vacances, vous allez même dépenser un peu plus en allant au restaurant ou en faisant des activités comme du canoë, de l’escalade ou en allant dans des parcs d’attractions ou autres. C’est cet argent dépensé qui va permettre à la région de se développer, car les commerçants et autres personnes vont s’enrichir petit à petit.

Les Etats-Unis gagnent plus d’argent que la France car les touristes qui vont chez eux restent plus longtemps, font plus d’activités, sont souvent en famille, etc…

Par contre il existe d’autres raisons pour lesquelles un pays ne va pas gagner autant d’argent et qui sont beaucoup moins justes, et cela souvent dans les pays du Sud. Nous allons prendre l’exemple du Mexique et de Playa del Carmen où nous sommes actuellement. Il y a ici des milliers de touristes, très riches, qui dépensent beaucoup d’argent en hôtel et en activités et pourtant les mexicains ne gagnent pas assez d’argent… pourquoi ? En France généralement, lorsqu’on construit un hôtel ou un gîte et que l’on ouvre des restaurants, ce sont des entreprises françaises qui le font, et elles y vendent des produits de la région (on mange beaucoup de fruit quand on va dans le Sud, et beaucoup plus de poissons au bord de la mer…). Au Mexique la population qui vient en vacances ne cherchent pas à changer son alimentation et sa façon de vivre et préfère comme elle a l’habitude, par peur des maladies ou autres. Donc les restaurants ACHETENT la nourriture à la France ou aux Etats-Unis par exemple puis le REVENDENT aux touristes. Ils gagnent donc beaucoup moins d’argent que si c’était leur propre nourriture qu’ils vendaient directement (fruits ou poisson par exemple).

Et pour ce qui est des hôtels, la plupart sont construits et gérés par des grandes entreprises des pays riches qui gagnent donc tout l’argent dépensés par les touristes et ne font que payer le terrain au départ comme lorsqu’on achète une maison.

Le Mexique perd donc beaucoup d’argent, et encore ce n’est vraiment pas le pire !

En tout, les pays d’accueil estiment que 80 à 90% des recettes du tourisme revient aux industries du Nord. Mais les conséquences sont aussi graves au niveau culturel, social ou environnemental.

Dans certains pays du Sud, par exemple dans les caraïbes, près de 50% des personnes travaillent dans le tourisme. Ce qui veut dire que si un jour un ouragan détruisait le pays, les hôtels, etc… et que les touristes prenaient peur, plus de 50% de la population serait au chômage d’un seul coup ! Cependant c’est très difficile de trouver des solutions car ces pays comptent énormément sur le tourisme pour s’enrichir car ils ne possèdent pas beaucoup d’autres moyens de le faire.

Les autres risques sont très nombreux, voici quelques exemples:

- Pollution et nuisances (déchets laissés par les touristes, bruits et dérangements, construction de routes, eau polluée...)

- Consommation d'espace (on rase des forêts pour construire des hôtels, on empiète sur les espaces naturels...)

- Surexploitation des ressources ( tourisme de chasse et pêche, récoltes d'espèces rares, coquillages, animaux empaillés, surconsommation d'eau dans des pays très chauds, etc...)

- Dégradation ou déstruction d'écosystèmes et de paysages, suite aux aménagements et constructions touristiques

- Privatisation d patrimoine, c'est-à-dire par exemple que certaines plages deviennent privées et que les gens du pays ne peuvent plus y accéder...

On s’est aussi rendu compte que plus le tourisme était « fortuné », type hôtel 3ème étoile, plus il était polluant.

Le tourisme solidaire :

Voici le tourisme pour lequel nous travaillons. Plutôt que vous expliquer ces principes, je vais vous décrire un type de voyage qui peut-être fait avec une agence de tourisme solidaire.

Tout d’abord l’équipe de touristes sera comprise entre 6 et 12 personnes. Il ne faut pas être plus pour pouvoir s’intégrer facilement, et ne pas gêner les communautés visitées lors du circuit.

Le voyage va se faire sous forme de circuit. Le premier jour vous visiterez une ville avec un temps réservé à la détente sur la plage, le second vous visiterez un site archéologique, le troisième vous arriverez dans une communauté. Vous allez habitez dans des familles qui partageront avec vous leur quotidien et pendant la journée vous retrouverez le groupe pour faire différentes activités comme du sport, des visites, des rencontres d’artisans ou des moments de détente. Ensuite vous reprendrez la route pour de nouvelles visites, de nouvelles villes où se balader. Vous alternerez le type de lieux entre grande villes riches en histoire et en culture et petites communautés où le folklore survit encore. L’objectif du Tourisme Solidaire c’est que les touristes échangent avec les communautés, qu’ils apprennent à travers des discussions et non pas à travers des guides tout fait, et que l’argent qu’ils dépensent leurs reviennent directement, sans aucun autre intermédiaire.

Enfin une partie de la somme payé par le touriste pour son voyage sera attribué à un « fond de développement », c’est à dire à des projets de développement (achat de livres scolaires, de produit pharmaceutiques ou autres…)